Sirène d'alerte

Déclenchement

Située sur un immeuble d'habitation proche du Village Sud, la sirène d'alerte de la commune a été reliée au Système d'alerte et d'information des populations (SAIP). La réception de cette nouvelle installation aura lieu ce mercredi 22 mars, vers 9 h. La sirène sera alors déclenchée. Pas d'inquiétude donc, c'est un simple test ! Les essais redeviendront mensuels, chaque premier mercredi du mois, à compter du 4 avril, sauf en novembre où l'essai aura lieu le 8.

Photo

IFTS

Journée d'études

L'institut de formation en travail social (IFTS, 3, avenue Victor-Hugo, 04 76 09 02 08) propose une journée exceptionnelle consacrée au travail collectif. Ateliers, temps de réflexion et d'échange communs, vendredi 7 avril, de 8 h 45 à 17 h. Ouvert à toutes et tous, sur inscription : 50 ¤, gratuit pour les étudiants de l'IFTS.

Photo

La non-violence pour mieux vivre ensemble

vendredi 17 mars 2017

Jean-François Bernardini, du groupe I Muvrini, a rencontré des collégien-nes de Jean-Vilar et animé un débat à la MJC Desnos. A l'initiative de l'APNV.

Pour l'artiste Jean-François Bernardini, la non-violence est Pour l'artiste Jean-François Bernardini, la non-violence est "un pas vers une citoyenneté responsable".

Sensible et habile conférencier, le chanteur du groupe corse I Muvrini a capté l'attention des élèves de troisième du collège Jean-Vilar dès son introduction : "J'ai un bonheur immense d'être avec vous, dans un établissement où on apprend à grandir ! Je ne suis pas venu pour vous faire une leçon de morale, mais pour partager quelque chose qui nous tient toutes et tous à c½ur, trouver ce qui est beau au fond de nous." Le credo se veut citoyen, dans un partage d'idées et d'actions quotidiennes, de ce qui peut faire société.

La qualité des mots

"L'envie d'apprendre et de connaître, la curiosité, sont les meilleurs antidépresseurs", lancera le président d'Umani-Fondation de Corse, une organisation non gouvernementale européenne. Durant plus d'une heure, il exhortera la jeune assemblée à "l'échange, la qualité des mots, le respect", et l'engagera dans un plaidoyer sur la non-violence. Il dira à plusieurs reprises, "j'ai besoin de vous !". Prompt à animer les esprits, à force d'anecdotes, s'inspirant de l'actualité et d'images empruntées à divers registres, mêlant son vécu aux interrogations des collégiennes et collégiens, Jean-François Bernardini proclamera autant la vigilance -- notamment vis-à-vis du cyberharcèlement -- que l'enthousiasme.

En rencontrant de jeunes lycéen-nes et collégien-nes, Jean-François Bernardini contribue à la formation de futurs citoyens et citoyennes.

Jean-François Bernardini a animé un débat public en soirée à la MJC Desnos. Jean-François Bernardini a animé un débat public en soirée à la MJC Desnos.

L'intelligence du c½ur

Il invoquera "ce puissant ordinateur entre nos deux oreilles, le cerveau", qu'il faut préserver de toute programmation définitive. Il invitera les élèves à évaluer de "puissants virus qui peuvent submerger nos comportements humains, nous conditionnent culturellement et socialement, nous classent dans des cases, nous conduisent à étiqueter et parfois à la violence verbale ou physique". Cette colère qui "peut nous transformer en crocodiles, ruiner toute une vie en trois secondes".

Privilégiant "l'intelligence du c½ur, de la tête et des mains", Jean-François Bernardini citera des militants de la non-violence et des droits civiques comme Rosa Parks, Marshall Rosenberg ou Martin Luther King. A la fin de son intervention, il interprétera a capela, dans un quasi-murmure, la chanson "On ne met pas ses enfants sur l'eau", une composition du groupe I Muvrini en réaction au drame d'Elan, l'enfant migrant syrien retrouvé noyé sur une plage de Turquie.
Après le collège Jean-Vilar, Jean-François Bernardini a poursuivi le débat en soirée, à la MJC Desnos. Une série de rencontres à l'initiative de l'association Agir pour la non-violence (APNV) -- issue du collectif Marche blanche --, en partenariat avec la MJC et l'Ecole de la paix.

JFL

lire sur le sujet