Sirène d'alerte

Déclenchement

Située sur un immeuble d'habitation proche du Village Sud, la sirène d'alerte de la commune a été reliée au Système d'alerte et d'information des populations (SAIP). La réception de cette nouvelle installation aura lieu ce mercredi 22 mars, vers 9 h. La sirène sera alors déclenchée. Pas d'inquiétude donc, c'est un simple test ! Les essais redeviendront mensuels, chaque premier mercredi du mois, à compter du 4 avril, sauf en novembre où l'essai aura lieu le 8.

Photo

IFTS

Journée d'études

L'institut de formation en travail social (IFTS, 3, avenue Victor-Hugo, 04 76 09 02 08) propose une journée exceptionnelle consacrée au travail collectif. Ateliers, temps de réflexion et d'échange communs, vendredi 7 avril, de 8 h 45 à 17 h. Ouvert à toutes et tous, sur inscription : 50 €, gratuit pour les étudiants de l'IFTS.

Photo

Budget 2017
Sur une trajectoire positive

jeudi 9 mars 2017

Malgré un contexte toujours incertain, les indicateurs présentés lors du débat d'orientation budgétaire montrent que les efforts commencent à payer.

Un contexte incertain, une pression moindre

Même si, comme l'a rappelé Thierry Monel, adjoint aux finances, les incertitudes mondiales -- politique économique américaine, élections en Europe, conséquences du Brexit, évolution du prix du pétrole... -- et françaises -- réduction du déficit en deçà des 3 %, prévisions de croissance faible et de désinflation, mutation du paysage institutionnel... -- pèsent mécaniquement sur la construction du budget 2017 de la Ville, le contexte macroéconomique et la loi de finances réservent aussi "quelques bonnes surprises". Ainsi, l'effort demandé aux communes pour la réduction du déficit public sera moindre, 725 millions en 2017 contre 1,5 milliard en 2016, soit 750 000 euros pour Echirolles en 2017, contre 1,5 million en 2016. La réforme de la Dotation globale de fonctionnement (DGF) devrait également permettre à Echirolles de figurer à nouveau dans les 250 communes éligibles à la Dotation de solidarité urbaine (DSU), donc de "récupérer un peu de souplesse financière" : 320 000 euros, auxquels s'ajoutent des exonérations de fonds de péréquation pour 425 000 euros, et une dotation complémentaire de 40 euros par élève dans le cadre de la dotation pour la réforme des rythmes scolaires, + 155 000 euros. De bonnes nouvelles, même si des mesures de revalorisation de la rémunération des agent-es publics tempèrent le bilan.

Stratégie financière 2020
Pour retrouver des marges

"Une stratégie a été mise en place depuis 2014, jusqu'en 2020, pour retrouver des marges", redit Thierry Monel. Elle s'appuie sur une maîtrise des dépenses de fonctionnement : baisses des dépenses courantes jusqu'en 2019, des charges de transfert entre 0,5 et 0,72 % par an, de la masse salariale en 2018 et 2019, stabilité des dépenses de fluides. L'augmentation des taux de fiscalité n'est pas prévue, le dynamisme fiscal devant être assuré par l'évolution des bases physiques et la livraison de logements à partir de 2018. Concernant l'épargne, l'objectif de retour à une épargne nette positive devrait être atteint en 2019. En 2018, le remboursement du capital de la dette devrait passer de 5,8 à 4,6 millions, le taux d'épargne brute retrouver un niveau de 9 % en 2020. Le désendettement se poursuivra sur un rythme accéléré jusqu'en 2020 -- 6,5 millions depuis 2015 --, pour retrouver une capacité de désendettement correcte à cette date. L'investissement, tourné vers l'entretien et le renouvellement du patrimoine, se poursuivra avec 37,8 millions sur cinq ans, 7,5 millions par an en moyenne, pour achever les opérations en cours, démarrer les premières réalisations du programme de renouvellement urbain Essarts-Surieux, renforcer la réhabilitation du patrimoine, poursuivre l'aménagement urbain.

Budget 2017
Poursuivre les efforts

2017 correspond à la fin du plan du prélèvement pour le redressement des comptes publics, même s'il se traduit toujours par une baisse des dotations -- 5,3 millions entre 2011 et 2017. Les recettes de gestion seront encore en baisse du fait notamment de la baisse des concours financiers, DGF et attribution de compensation Métro -- 774 000 euros. Les efforts sont donc à renouveler sur les dépenses de fonctionnement : baisse des charges de gestion de 0,5 à 1,5 %, des concours et subventions autour de 1 % ; progression limitée de la masse salariale à 1 %. Dans le même temps, 10 millions d'euros seront consacrés aux dépenses d'équipement : 2 à 2,5 millions pour l'entretien, la maintenance et les gros travaux, 800 000 euros pour les grosses rénovations -- Stade nautique et création d'un restaurant scolaire à Couturier ; 2,5 millions pour le renouvellement urbain du Village Sud ; 4 millions pour les programmes d'aménagement urbain. Sont également prévus, l'ouverture de l'équipement mutualisé Jacques-Prévert, la deuxième édition de Tempo libre, l'extension de la Gestion urbaine de proximité (GPU) à l'ensemble de la ville, le maintien de l'offre périscolaire, le renforcement de la mission prévention des services. Quelque 9,5 millions de recettes sont liés à ces projets, avec un emprunt d'équilibre entre 4 et 4,5 millions.

Ce qu'ils ont dit

Laurent Berthet
Echirolles c'est vous !

"Les focus que vous faites ne sont pas neutres, au service d'une histoire que vous racontez. Les baisses de dotations sont une réalité, nous ne les contestons pas. Vous les avez compensées par des hausses de fiscalité. Vous auriez pu mieux utiliser les nouveaux dispositifs, fonds d'aide à l'investissement, aux contrats d'avenir, au financement du périscolaire. Vous avez comprimé les dépenses et annoncez, aujourd'hui, des réductions de niveau de services : lesquels ? Sur la base de quel diagnostic ? Avec quelles priorités politiques ? On retrouve cette logique de coupe budgétaire dans la masse salariale. Sur l'investissement, nous aurions souhaité des éléments plus détaillés. Vous annoncez des interventions sur le patrimoine, des mises aux normes, des travaux d'amélioration thermique, le développement de la vidéoprotection pour 2 à 2,5 millions. L'enveloppe semble faible. Nous aurions souhaité le détail des opérations d'aménagement urbain."

Magalie Vicente
Echirolles pour la vie

"La trajectoire semble dangereuse, l'équilibre financier loin d'être retrouvé, l'ardoise sera dure à avaler. Qu'aurait-on entendu si un gouvernement de droite avait baissé les dotations de 11,5 milliards ? La Ville ne baissera pas sa masse salariale en 2017 du fait de revalorisations de la rémunération des agents. L'augmentation, 541 000 euros, est déconnectée de celle des revenus des habitants. La métropolisation va conduire à des dépenses supplémentaires. On va payer plus pour moins de services. Que font les élus échirollois ? Il n'y a pas de nouvelles augmentations prévues des taux de fiscalité entre 2017 et 2020. On ne peut que douter dans la mesure où la Ville est incapable de maîtriser sa masse salariale. L'épargne nette est négative depuis 2015, il faudra emprunter pour rééquilibrer nos comptes, la situation est catastrophique. Ce triste bilan pour l'avenir de la commune, que les quelques mesures ne vont pas changer, est un aveu d'échec. La situation de la Ville dépend des taux d'intérêt et des contribuables."

Alexis Jolly
Front national

"Si les choses ne vont pas bien, c'est la faute du gouvernement, de la situation internationale, c'est devenu un classique. En 2017, la baisse des concours de l'Etat s'élèvera à 200 000 euros, nous payons les dettes d'hier. La DSU est de bon augure, la ville restant toujours aussi pauvre, elle revient dans les communes éligibles. Elle devrait s'établir à 2,26 millions, + 17 % par rapport à 2016. Echirolles est une ville précaire, qui s'appauvrit, vous vivez aux crochets de l'Etat. Peut-être la situation vous satisfait. Sur la pression fiscale, vous semblez avoir entendu nos remarques puisque vous annoncez un gel de la hausse des taux, mais certaines dépenses pèsent dans le budget, comme la masse salariale, + 181 936 euros en 2017. La fiscalité a augmenté de 10 % en deux ans. Les charges de personnel restent supérieures à 2012. Sur l'investissement, vous annoncez une diminution, vos quartiers prioritaires ne connaîtront pas la baisse. Nous prenons acte, mais ne soutenons pas ces orientations."

Alban Rosa
Parti de gauche

"Brexit, réformes du nouveau président des Etats-Unis, élections françaises, nous pouvons nourrir des inquiétudes. Nous devons faire face. C'est dans cet esprit qu'a été réalisé ce budget marqué par une baisse de 750 000 euros de la DGF. L'équilibre sera obtenu grace au travail des services sur les dépenses courantes. Nous travaillons à la non-augmentation de la fiscalité grâce au dynamisme, l'attractivité de notre territoire. Nous poursuivons notre programme tourné vers nos anciens, notre jeunesse, les populations en difficulté. Le travail sur la masse salariale porte ses fruits. Echirolles va entrer dans les 250 villes éligibles à la DSU, ce qui nous offre un peu de sérénité. Notre investissement est plus que correct. La Ville maintient son engagement en termes de développement durable. Ce budget doit permettre de poursuivre le développement de la ville. La majorité à la même volonté, des politiques qui protègent, partagent, innovent avec et pour nos habitant-es. La Ville suit un cap malgré le gros temps, avec une vision de l'évolution que nous souhaitons."

Pierre Labriet
Communistes et partenaires

"Ce budget est la déclinaison de notre projet qui se veut ambitieux dans un contexte toujours très difficile pour les collectivités. Aujourd'hui, aucune n'est à l'abri de voir ses principales politiques remises en cause. Ce n'est pas le choix d'Echirolles qui a fait celui de continuer d'être solidaire, protecteur, innovant. La richesse de notre ville repose sur sa jeunesse, ses entreprises, son développement culturel, sa politique sociale, son innovation expérimentale reconnue. Cette richesse, cette énergie, ne peut s'épanouir que dans le cadre d'un contexte d'incubation favorable, de soutien, d'encouragement, pour permettre aux petites idées de devenir de grandes réalisations, aux petites compétences de vrais métiers, aux petites expressions de se transformer en participation démocratique... Ce budget permet de tenir l'ensemble de nos engagements qui fondent notre projet, dans un contexte difficile."

Revoir la séance du conseil municipal, dont le débat d'orientations budgétaires, en vidéo.

Réunion publique sur le budget

Rendez-vous mercredi 15 février, à 18 h, pour débattre des orientations du budget 2017, qui sera voté le 27 mars.

lire sur le sujet